Chaland 356

CHALLAND DU DELLEC

 

 

 

Caractéristiques:

          Challand du port de Brest, portant le numéro 356.

          L: 20 m.; l: 7 m..

 

Historique:

          En 1940, lorsque l'avancée de l'armée allemande se rapproche de Brest, les alliés n'ont d'autres choix que d'évacuer le port à bord d'une armada de navires hétéroclytes. Ils laissent le port de Brest pratiquement vide. Les seuls navires restants sont détruits, afin de rendre plus difficile l'installation des envahisseurs.

          Lorsque les allemands rentre dans Brest, ils trouvent les installations du port complétement détruites. Il faut pourtant se préparer à se défendre, c'est ainsi que la moindre barge, le moindre navire est rapidement armé pour défendre la place. Puis trés rapidement, les fameux Blocaus se mirent à pousser de part et d'autre du goulet. C'est ainsi que les allemands récupérent le challand 356 et l'arme de quatre tubes lance torpille directionnels, d'un canon et d'une mitrailleuse légére dirigée vers la côte. Ce challand est positionnée dans l'anse du Dellec.

          En aout 1944, suite au débarquement en Normandie, les alliés lance une grande offensive. Les chasseurs alliés s'aventurent même dans le goulet de Brest. C'est ainsi qu'une attaque alliée envoie le brave Challand par le fond.

 Plaque de constructeur des tubes lance-torpille

Plaque de constructeur des tubes lance-torpilles retrouvée par Armand JESEQUEL

 

Position:

48° 21' 206 N  /  4° 33' 720 O   (Wgs 84)

 

La Plongée:

          L'épave git par une dizaine de mètres de profondeur, dans l'anse du Dellec, sur un fond de sable fin. Comme Manu l'a trés justement dit: "on dirait un tupperware avec quatre gros tubes dessus." Effectivement, la coque du challand est relativement carrée, avec une surface plus arrondie d'un côté, et de nombreux trous qui ont du acceuillir de petits hublots. Le haut de l'épave est quand à lui constitué de grosses poutrelles parfaitement allignée, le plancher devant être plus fin, celui-ci a complétement disparu. Sur le haut de l'épave, les quatre tubes lance torpille montés sur leur support mobile est impressionnant. Trois des tubes sont encore entiers, et le quatriéme est cassé. Le morceau manquant est tombé sur le sable quelques métres plus bas. Deux ouvertures situées sur la partie haute permettent de pénétrer à l'intérieur du challand. Dans les entrailles  de l'épave, de

 

s échelles encores en place crées l'ambiance. La lumiére qui filtre par le plafond ajourée se modifie avec les mouvements des laminaires. D'autres éléments sont intéressants à voir, comme les bouteilles d'air comprimée et un compresseur Junker qui permettait d'expulser les torpilles. Attention à votre palmage si vous pénétrez à l'intérieur, car le sol est constitué d'une vase fine qui ne demande qu'à être soulevée.

          Bref, une petite plongée facile, et extrémement sympathique.

 

 Vu de l'extérieur : le compresseur à gauche et une échelle    Manu découvre une bouteille d'air comprimée servant au départ des torpilles    Ambiance dans les entrailles de l'épave

La nature reprend ses droits       Joel inspecte l'intérieur       Echelle permettant de se rendre à l'intérieur de la barge

 

 


Je tiens à remercier Armand JESEQUEL pour la photo de la plaque des tubes lance-torpille. C'est une piéce trés intéressante.

 

Date de dernière mise à jour : 21/04/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site