Falke (Speerbrecher 134)

1479508 1445562745671908 1801985531 n

 

 

 Retrouvez plus d'infos, dont un dessin inédit de l'épave dans le Livre : "Les trésors engloutis de Bretagne, de Brest à Lorient. Tome 1"

Cliquez sur l'image pour commander. 

 

 

 

Historique :

          Cargo allemand réquisitionné par la Kreigsmarine au début de la WWII, chargé de protéger les sous marins de la base de Lorient. Il est coulé lors d'un bombardement devant Port Tudy en août 1944 sans faire de victime.

 

Position:

47°39'128 N  /  03°26 474 O (Eur50)

 

 La plongée: (par Manu)

 

           L'épave est identifiée par une balise devant port-Tudy et repose entre 20 et 27 mètres sur un fond de sable très clair. Elle est posée bien droite sur la quille et présente encore une très belle structure : la partie avant est la mieux conservée et remonte de 6 mètres. Dans sa partie basse, on trouve le bruiteur déployé dont l'extrémité s'enfonce dans le sable coquillier. La coque est couverte de corynactis mutlicolores, d'alcyons et de spirographes. Les 2 écubiers sont vides, mais le pont intact avec un gros guindeau est recouvert de débris, notamment des fragments de supports de tourelles antiaériennes (point le plus haut de l'épave). La cale avant est facilement pénétrable : à l'intérieur la couche de sédiment est importante mais on y trouve des cerclages métalliques (restes de bidons). Le compartiment avant est inaccessible mais visible (échelle de coupée). L'exploration continue en se dirigeant vers l'arrière, sous le pont.

          La zone centrale est complètement effondrée (restes de superstructures sur bâbord, restes de timonerie sur tribord). Les 2 chaudières dépassent des restes de coque. La machine triple expansion est réduite en morceaux : il ne susbiste que des fragments de bielles. Les cales arrières ne sont pas visitables, mais un petit compartiment renferme une pompe intacte. Parmi les débris, on reconnaît des bittes d'amarrage et un gros treuil, caché sous la tôle. En poursuivant vers la poupe, la structure du navire reprend du volume et on trouve une grosse roue basculée légèrement sur la droite. Cette pièce de 3 mètres de diamètre correspond au support du canon arrière. La poupe est abîmée et partiellement effondrée : en fouillant dans la ferraille, on peut trouver l'arbre d'hélice et la squelette du safran sur bâbord. L'hélice n'est malheureusement pas visible (est-elle encore sur l'épave ?)

          Le site est très riche en faune et en flore fixée : la coque est constellée de corynactis et d'alcyons, et chaque trou est habité par un congre ou un crustacé. Une plongée permet de faire tranquillement le tour du Speerbrecher.

          C'est une exploration très agréable dont la visi est souvent bonne. Attention toutefois aux "embouteillages" lors de la pleine saison (c'est pas très sympa de se faire applatir par un plongeur inconnu sur une chaudière !!!) car le FALKE est le site de repli si les conditions ne permettent pas d'aller sur le U171.

     

                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 01/01/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×