Dévastation

La Dévastation à Brest.

 

Caractéristiques:

Garde côte cuirassé Français.

Longueur 96m, largeur 21m, tonnage 9650T .

 

Historique:

            Ce navire a coulé le 7 Mai 1922

 

Position :

47° 42' 417 / 03° 22' 643   (Eur 50)

La Plongée:

             Au retour d'une plongée sur l'U-171, alors qu'il nous restait 90 bars dans le bloc (Ce qui est péché !!!) j'ai réussi à décider ma petite bande de m'accompagner sur les restes de La Dévastation qui repose à une centaine de mètres de la plage de Larmor-Plage. Alors que les autres plongeurs chargent leur matériel dans le camion du club Blue Live, nous saluons Mickael et renfillons stab, palmes et masque pour partir à la découverte de l'épave qui me hante depuis plusieurs années. Que se cache t'il entre ses deux bouées cardinales? Va t'on découvrir une épave trés intéressante et oubliée des plongeurs uniquement à cause de sa proximité de la côte comme c'est si souvent le cas! Et surtout pourquoi Mickael nous souhaite t'il une bonne plongée avec un petit sourire en coin?

             C'est partit, saut droit du quai devant les touristes curieux. Premiéres sensations... Ca fait mal! Avec pas plus d'un mètre cinquante dans le port, les jambes en prennent un sacré coup. Et notre image de courageux aventuriers auprés des parisiens en vacances, s'efface un peu. Et ce n'est pas finit. Pendant le trajet vers l'épave, il faut bien admettre que la profondeur ne semble pas augmenter. Ah!!! J'ai l'air malin avec ma combinaisson étanche, mon bloc Trimix et mes autres accessoires comme le dévidoir accroché à ma stab Tek; alors que les marmots de 12 ans nous tournent autour avec leurs bouées et leurs pistolets à eau!!! Ceux qui ont essayé de descendre sur un fond de 1m50 en combinaison étanche me comprendront. Bref c'est avec élégance que j'ai passé plus de vingt minutes les fesses à la surface et les palmes battant désespérement l'air dans l'espoir de pouvoir me poser au fond pour prendre une photo correcte.

            Quand à l'épave! Et bien, il reste environ une cinquantaine de mètres de fond de coque, avec des cales visibles à travers des trous d'un mètre de diamétre. Sur les côtés babord et tribord, la coque remonte d'eviron un mètre vingt sur toute la longueur des restes. En revanche aux extrémités du site, la coque a complétement disparut. Sur l'épave, on peut encore appercevoir de nombreuses bordées qui dépassent de la coque telles les barreaux d'une prison. Au centre, on distigue plusieurs objets carrés de taille conséquentes qui doivent être des restes de  machinerie. Un peu plus loin, vers la poupe se trouve une sorte de bielle dont la gangue de rouille était partie lors de notre exploration, laissant ainsi apparaitre un écrou à son extrémité. A deux mètres de là, un second écroux dont la rouille parfaitement orangée attira tous notre regard. Personnellement, je n'avais jamais vu d'écroux aussi grand. Ce qui nous permet d'imaginer la taille impréssionnante que devait avoir la Dévastation. Enfin, le dernier élément remarquable sur cette épave, est un support d'arbre ou de cardan qui lui aussi avait cette jolie couleur orangée qui contraste parfaitement avec les couleurs sombres des algues qui recouvrent désormais les restes de l'épave de la Dévastation.

           Comme d'habitude, je suis ravi d'avoir pu explorer une nouvelle épave. Mais je ne peux pas dire que j'y retournerais... A vous d'aller voir maintenant... Ne prenez que votre maillot de bain, et votre équipement de PMT, cela suffira amplement!

Date de dernière mise à jour : 01/01/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site