Fouga Magister

 

Caractéristiques et historique :

          Avion biplace d'entrainement léger à réaction, l'Aérospatiale-Potez Fouga CM170R Magister fût fabriqué en série à partir de 1956, 4 ans après le vol du premier prototype. D'une longueur de 10,06 mètres pour 12,12 mètres d'envergure et un poids supérieur à 2 tonnes, il était propulsé par 2 turboréacteurs Turboméca Marboré II qui lui conférait une vitesse de 715 km/h. Exporté dans plus de 15 pays, le Fouga Magister doit sa popularité à la Patrouille de France qui l'utilisa entre 1964 et 1980.

L'avion de la carrière de Bécon les Granits a été immergé en 1992. Il appartenait auparavant à la Base Aérienne 701 de Salon de Provence, école de formation des officiers et "siège" de la Patrouille de France. L'épave porte exactement le même "camouflage" que celui de la photo.

 

 La plongée :

          Par 13 mètres de fond à l'aplomb du ponton de mise à l'eau de la carrière de la Roche Bleue de Bécon les Granits (http://www.plongee-becon.com/), l'épave est balisée par une petite bouée rouge accrochée au nez de l'avion. Elle repose intacte, posée parfaitement à plat sur ses 3 roues sur une plate-forme naturelle très large, au pied d'un tombant.

          Le nez de l'avion est coupé à son extrémité mais tout le reste est encore en parfait état : les éléments d'identification de l'appareil sont parfaitement lisibles (matricule "478" sur fond orange, insigne de la BA701 : un rapace avec une épée dans le bec, tenant un nid avec 3 oisillons dans sa serre, immatriculation "312-UE" sur la partie non peinte de l'avion).

 

          Les 2 postes de pilotage du cockpit sont complètement accessibles (il manque cependant les 3 verrières) mais très dépouillés : il ne reste que les consoles vides des tableaux de bord et le support des sièges. A l'arrière de l'habitacle du copilote se trouve la "plaque" souple du constructeur (qui indique le type de l'appareil : un CM170R).

          Les entrées d'air sont placées de chaque côté de la carlingue sont placées à l'aplomb du cockpit : les 2 ailes sont entières et portent encore leurs cocardes (les disques rouges sont sérieusement décolorés) et seul le réservoir de l'aile droite est légèrement abimé. Sur le haut de la carlingue, 2 trappes sont manquantes : les trous permettent de jeter un coup d'oeil à la structure interne du Fouga, pleine de câbles électriques et de tuyaux... Sous l'avion, les roues sont partiellement envasées, et on trouve aussi l'extrémité de la tuyère du réacteur gauche. L'empannage en "V" caractéristique de ce type d'avion est encore équipé de la petite roulette d'atterrissage.

          Pour finir, 3 buses en béton d'un mètre de diamètre sur 3 mètres de long formant un tunnel ont été placées sur la plate-forme, à gauche de la partie arrière du Fouga. La carrière cache aussi une petite maison (style "cabane de chantier") en pierre vers 35 mètres et l'épave d'un petit chalutier, le "Ste Anne", dont il ne reste que la coque de bois avec un petit moteur diesel, une petite hélice quadripale et le safran : toutes les superstructures ont été "arasées". Le bateau repose sur une plate forme assez vaseuse vers 26 mètres.

          C'est une épave qui ne présente pas la moindre difficulté. Des carpes, des esturgeons et des brochets peuvent être observés dans cette zone.

Quelques photos prises par Pascal en janvier 2012 (voir aussi http://www.regardelamer.com/article-becon-fin-de-carriere-et-seconde-vie-pour-fouga-magister-97771102.html)

6690r-1.jpg6713r.jpg

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 29/01/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site