VP 729 Marie-Simone

 

Caractéristiques:

Historique:

            En aout 1944, aprés le débarquement en Normandie, les alliés décide de nettoyer la côte atlantique de la présence de l'ennemi. C'est le lancement de l'opération Kinétic. Le 23 aout, les Allemands essaye de fuir le port d'Audierne en direction de Lorient. Les sept chalutiers armés répartis en deux convoi sont alors attaqué par une force anglo-canadienne composée du croiseur HMS Mauritus et des destroyers HMS Ursa et HMCS Iroquois.

            Le VP 729 ex Marie-Simone fait partit du premier convoi. Les radars alliés détectent ce convoi vers 1h20, et les destroyers commencent à canonner les navires allemands devant Audierne à 2h10. En quelques minutes, le VP729 parvient à s'échouer le long de la digue Raoulic, tandis que le VP702 ex-Memel se jette en feu sur le haut-fond de la Gamelle et le VP730 ex-Michel-François coule dans le chenal d'accés au port.

L'épave:

            Le long de la digue Raoulic à l'entrée du port d'Audierne, les restes du VP 729 rapellent aux promeneurs cet épisode incroyable de la seconde guerre mondiale.

 

           L'épave de cet ancien chalutier de La Rochelle fit partit intégrante du paysage d'aprés-guerre. En 1947, l'administration des Domaines vend l'épave à un férailleur local, qui peut à peu désosse le navire devant les yeux des estivants qui se réaproprient les plages d'Audierne.

 

            De nos jours, l'épave garde encore la forme de la coque. Seul le fond de la coque est resté ensablé entre es rochers. L'hélice, dont les bouts des pales sont cassés, fait face aux curieux  qui viennent rendre visite à la Marie-Simone. Parmis les restes qui dépassent à marée basse, on aperçoit également les supports de la chaudiére.

Photo hérbergée par zimagez.com    Photo hérbergée par zimagez.com    Le VP729 ex-Marie-Simone photographié  Benjamin PEPY

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site