Saint Chamond

Un grand merci à Alex Deniau de m'avoir fait découvrir cette épave...

Caractéristiques:

Vapeur construit en 1882 par PALMERS SHIPBUILDING Co de Jarrow on Tyne et mis à l'eau le 11/10/82, pour le compte de la Compagnie A. d'Orbigny Faustin et Fils.

L:250 ft; l:33 ft; creux: 17 ft; Jauge brute: 1181 tx; Jauge nette: 781 tx; Port en lourd: 1500 cv.

Machine de 700 CV

Equipage de 18 hommes.

Historique:

Assure entre 1883 et 1885 le commerce tripartite entre les ports de Bilbao, La Rochelle et les ports anglais de Cardiff et Swansea. (poteaux de mines entre LR et Bilbao, minerai de fer entre Bilbao et les ports anglais, puis retour à LR avec du charbon). Naufragé le 23/11/1885 au Guilvinec.

Position:

L'épave est trés proche de la côte de la plage de Goudoul, prés de Lesconil.

La plongée: (Par Ben)

Rendez-vous à la plage de Goudoul, à l'Ouest de Lesconil. Un grand parking juste devant la côte permet de se changer. Une fois équipé, bloc sur le dos et palme à la main, on se dirige par un petit chemin vers l'Océan. La mise à l'eau se fait dans une petite anse à l'abri de la houle. Attention aux rochers glissants, surtout pour le matériel photo. Il est préférable de partir à l'étale de marée haute, afin de faciliter l'accés.

Une fois à l'eau, il suffit de se diriger vers un rocher isolé aux formes arrondies qui sort de l'eau. Ce rocher a la particularité d'être percé à sa base, et forme ainsi une petite grotte sous-marine où il est assez facile de pénétrer. En sortant de ce tunnel inondé, on prend le cap à l'Est et en palmant sur environ une trentaine de mètres on apercoit sous les laminaires les premières traces du Saint Chamond. Des pans de tôles colonisés par la faune et la flore bretonne reposent au milieu des rochers. En passant d'un morceaux à l'autre, on arrive au sable quelques mètres plus bas. C'est ici que se trouve la partie la plus importante de ce fier cargo de la Compagnie d'Orbigny. Un morceau de coque d'environ six mètres de long ajourée à certains endroits est couché sur le sable clair. Une partie de pont intermédiaire y est encore soudée et remonte à la verticale à environ deux mètres de hauteur. C'est le résultat des tempêtes et de la corrosion; mais surtout conséquence du travail d'un ferrailleur local qui a presque entiérement désossé l'épave. Un peu plus loin sur le sable, on peut encore apercevoir ce qui ressemble au mât d'une baleinière.

Parfois de nombreuses algues arrachées par la houle recouvre le site d'une sorte de salade de trente centimètres d'épaisseur qui gache une partie du plaisir de cette balade aquatique. La faune est assez riche sur le site, il n'est pas rare de croiser des rougets et des seiches.

Le fameux rocher de Goudoul au pied duquel repose le St Chamond  Pans de coque du St Chamond sur le sable.  La partie la plus remarquable du St Chamond

Poutre de bois et reste d'un écrou du St Chamond.     Le peu de ce qu'il reste de l'épave du Saint Chamand est richement colonisé par la faune et la flore.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×