Recherche d'un Wellington au large de Beg Meil

 Recherche d'un Wellington à la pointe de Beg Meil

 

          L'un des deux projets de recherche qui nous occupera pour l'année 2010, est la recherche d'un avion Wellington perdu le 13 Aout 1943, au large de la pointe de Beg Meil.

 

HISTORIQUE :

 

          Cet avion faisait partie d'une mission de larguage de mines au dessus du port de Lorient. Le groupe comptait pas moins de 7 appareils du même type. Le Wellington qui nous intéresse, a été touché par la Flak au dessus de son objectif. Certainement fortement endommagé, il tenta de rallier l'Angleterre en longeant les côtes jusqu'à Concarneau, avant de pouvoir couper la Bretagne. Malheureusement volant à basse altitude, il fut à nouveau touché et détruit par la défense anti-aérienne basée prés du sémaphore de Beg Meil. L'avion s'écrasa à environ 400 mètres de la côte.

          Le 14 Aout au matin, de nombreux débris, ainsi que les corps de deux aciateurs anglais furent retrouvés sur la plage et les rocher de Kermyl. Trois autres corps furent repêchés quelques jours plus tard et ramenés par des pêcheurs à la câle de Beg Meil.

          Ce drame succita un énorme mouvement de sympathie de la population Fouesnantaise, qui accompagna les corps des aviateurs lors de leurs obséques. Ce mouvement de foule ne fût pas très apprécié par les allemands qui essayérent pourtant d'enterrer les aviateurs dans la plus grande discrétion.

Les restes du poste de DCA de Beg Meil            Composition de l'équipage

 


Projet 2010:

          Cette prospection a recu l'aval du DRASSM. Le but que nous nous sommes fixé, est de retrouver les restes de cet avion. Pour cela, nous avons commencé par recouper la zone où ont été retrouvés les débris, avec les témoignages allemands et français en notre possession. Ensuite en intégrant les courants de marée et les conditions météo lors du crash, nous avons pu déterminer une zone de recherche d'environ 500 m2. Toute la difficulté réside dans le fait que nous manquons de détails concernant l'angle de chute de l'avion. l'heure tardive du drame explique peut être ce manque de précisions (1h00 du matin). Compte tenu que les corps des aviateurs ont été retrouvés entiers, nous pouvons estimer que l'angle d'approche était relativement faible.

          Nous vous proposons de suivre l'avancée de nos recherches. Nous mettrons les comptes rendu de nos plongées au fur et à mesure. Bonne lecture...


Mardi 13 Avril 2010.

          Premiéres plongées ce matin, nous sommes cinq à embarquer sur le fidéle Zodiac de l'ASEB, qui nous améne en vingt minutes sur le site. La premiére zone est repérée à l'aide du GPS. Alex donne le signal, et Gil jette la gueuse qui est relié à un gros bobino. La premiére palanquée se jette à l'eau. Arrivé au fond, Yves clampe le dévidoir sur le mouillage à environ 2 mètres au dessus du sable. Puis, il déroule le fil sur 30 mètres, cap au Nord. Ensuite, la longue rotation commence autour du mouillage, pendant ce temps, Gil et Alex suivent le dévidoir en recherchant des indices du crash.

          Une fois le tour complet effectué, la palanquée remonte et rejoint à la nage la seconde zone à explorer. Steeve et moi mettons en place le mouillage au dessus du second point, et c'est repartit pour un deuxiéme tour. Malheureusement aucune piéce de l'avion n'a encore été trouvée.

          C'est ensuite Steeve et moi qui nous mettons à tourner en rond autour du troisiéme point. Toujours rien. Nous remontons et partons plus motivé que jamais rejoindre la quatriéme zone à explorer. Aprés 2h30 de plongée, je sens le devidoir qui fait des bonds dans ma main. C'est Steeve qui a du trouver quelque chose. Je lache le dévidoir et palme frénétiquement dans sa direction. Il flotte au dessus d'une masse sombre qu'ilme montre du doigt. La visibilité étant pour le moins « laiteuse », je ne peux pas encore distinguer de quoi il s'agit. Arrivé à sa hauteur, stupéfaction ! Je me trouve devant un gros cylindre d'environ 50 centimètres de diamétre, qui ressemble à une jante de camion, dont l'intérieur est vide. La piéce est profondément plantée dans le sable, impossible de la déplacer. En fouillant dans le sable, nous avons sentit une sorte de poutre arrondie de gros diamètre qui part du cylindre pour disparaître un peu plus loin.

          Bien entendu, nous ne pouvont pas confirmer que nous sommes bien en présence d'une piéce du Wellington, mais il y a fort à parier que c'est le cas...

 

 

Mercredi 14 Avril.

          L'étude des plans éclatés des Wellington ne nous ont pas permis de déterminer avec précision la provenance de la piéce trouvée au fond. Faisons nous fausse route ? Ce qui est sur, c'est que l'épave n'est pas loin !

 

 

Jeudi 22 Avril 2010.

          Nous avons exploré les quatres zones entourant l'objet que nous avions trouvé. Malheureusement cela n'a rien donné. On a bien trouvé quelques objets : des gueuses, des lignes de pêche, une grande poutre de bois taillée qui devait provenir d'un navire, mais la plus belle piéce a été déniché par Alex, un authentique fer à repasser (on peut se demander ce qu'un tel objet fait en mer à prés d'un kilomètre de la côte...)

 

 

Dimanche 2 Mai.

          Contact a été pris avec Jean René Canevet, auteur du livre "Fouesnant 1939 - 1945". D'aprés lui, nous cherchons peut- être trop à l'Est. J'ai rendez-vous dans la semaine avec une charmante dame qui a été témoin du crash. Son témoignage nous en apprendra certainement d'avantage.

 

Jeudi 6 Mai 2010.

           Aujourd'hui, j'ai eu l'énorme privilége de m'entretenir avec Madame Rollin, dans sa villa de Beg Meil. Cette charmante dame, fut témoin direct du crash du Wellington. Son témoignage est trés intéressant, et certains détails qu'elle a pu me confier, nous aiderons à affiner notre zone de recherche. Morceaux choisis :

           " C'est ainsi que le 3 aout 1943, alors que la journée fut particuliérement chaude et que la famille Rollin-Moure s'apprétée à se coucher, le ronflement de moteurs se fit entendre dans le ciel. Un nouveau bombardement n'allait pas tarder à toucher Lorient. ...

          Vingt minutes plus tard, la famille Rollin fut réveillée par le bruit de la Flak qui fut particuliérement intense cette nuit là au dessus de la cité lorientaise. Puis soudain le silence retomba. Ce silence fut à nouveau perturbé quelques instants aprés par le bruit d'un avion volant à basse altitude et qui semblait tourner au dessus de la maison. Bientôt le ronronnement du moteur fut accompagné par les détonnation des deux postes de Flak, situés prés du sémaphore et de la plage de Kermyl. Aussitôt un énorme bruit fit trembler toutes les fenêtres de la villa. L'avion venait de s'écraser..."

 

Jeudi 20 Mai 2010.

          Motivé par les dernières informations que nous venions de receuillir, nous avons organisé une nouvelles sortie pour chercher le Wellington. Malheureusement, le cable de direction de notre fidéle Zodiac, en avait décidé autrement. Comme notre ami Pascal avait fait spécialement le déplacement de Saint Nazaire, on s'est quand même mis à l'eau.

         Pour résumer la sortie, mise à l'eau à Beg Meil, 1500 mètres de nage par sept mètres de fond, en combinaison étanche avec un 15 litres sur le dos. Bon, on n'a rien trouvé, mais cela nous fait une zone de moins à explorer.

 

Jeudi 27 Mai 2010.

          Le Zodiac a été réparé par André et Gil. C'est repartit pour une série de recherche circulaire autour de points définit à l'avance. Quatre zones ont été explorées, quatre heures en mer et trois heures de plongées sans succés. Mais la motivation est toujours là...

 Gil en sécu surface Découverte d'une piéce en acier. Simplement un ancien grappin Ben et Erwan sortent de l'eau aprés plus de 1h30 sous l'eau.

 

To be continued...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 30/08/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×