Pasajes

Je tiens avant tout à remercier mon ami Alex de m'avoir fait découvrir cette épave.

Caractéristiques:

Vapeur français grée 3 mats goélette, construit par Palmers Cie à Newcastle en 1863

Jauge 714Tx

Machine T4

Historique:

Le 3 février 1897, le Pasajes quitte l'Espagne avec un chargement de vin, pour rejoindre Rouen qui est alors son port d'attache. Le 4 février, peu aprés 21h00, il talonne une roche au large de Lesconil. L'eau envahit rapidement le navire qui se couche sur tribord. L'équipage sera secouru et une partie de la cargaison récupéré. De nombreuses barriques seront récupérées par les habitants de la côte, à leur grand bonheur!

Position:

La plongée: (par Ben)

L'épave du Pasajes est complétement applatie. Il est préférable d'y plonger l'hiver par mer belle, ceci afin d'éviter les laminaires et la houle qui vous balottera au fond. Dés que vous repérez un morceau de tôle, tournez autour afin de repérer la zone du naufrage. Il ne faut pas s'attendre à un navire complet posé sur sa quille puisque vous ne verrez qu'un amas de ferrailles concrétionné et colonisé par la faune et la flore habituelle des petites profondeurs de la côte bretonne. L'oeil d'un plongeur aguerri pourra reconnaitre une chaudiére applatie, une face arrondie ajourée par de nombreux trous qui accueillaient les tubes à eau de la chaudière, et l'autre face de la chaudiére également arrondie avec le trou de chauffe dans lesquels les hommes mettaient le charbon qui alimentait le foyer de la chaudiére. On retrouve d'ailleurs de nombreux boulets de charbon tout autour des restes de la chaudière. Sur les côtés, de nombreuses poutres métalliques de gros diamètre restent visibles et forment autant de ponts entre les rochers. Ca et là, on aperçoit des restes de la cargaison: faiences grossières, carrelage et tessons de bouteilles. En continuant votre progression vers l'arrière vous verrez la machine couchée sur le côté qui commence à s'affaisser sous l'action de la corrosion et de la houle. Quelques mètres plus loin, l'arbre d'hélice est visible et s'étend jusqu'au reste de poupe. Le safran est posé à plat entre deux gros rocher, il est possible de passer en dessous. Les pales de l'hélice sont malheureusement cassées net au niveau du moyeu de celle-çi. Le secteur de barre repose non loin de là, en partie détruit. Une visite sur le Pasajes est trés agréable en petit comité, elle est à déconseiller aux amateurs de grosse feraille, mais laissera aux passionnés des belles englouties un gout de revenez-y!

Free Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.usFree Image Hosting at www.ImageShack.us

Photos sous-marines: Benjamin PEPY

A lire: "Tempêtes et naufrages en pays Bigouden" de Roland Chatain

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×