Nomade

Caractéristiques:

Sablier français, construit en 1955 à Saint Malo, sa coque est en acier soudé.

L: 29m.; l: 8m.; Jauge: 176Tx.

Deux moteurs Baudouin de 120 Cv.

Historique: (Par Ben)

         Le matin du 15 mars 1961, alors que la mer est belle et que le temps est magnifique, le sablier Nomade quitte le port de Concarneau pour Trévignon où il charge 150 m3 de sable. Vers 9h30, alors que ses cales sont remplies, il prend la direction de Quimper pour décharger sa crgaison au port du Corniguel. Vers 11h15, le Nomade dépasse La Voleuse, quand soudain tout l'équipage ressent un choc sur le côté tribord du sablier. Le navire trés lourdement chargé s'enfonce alors rapidement par l'avant. Alors que le sablier accuse déja une forte gite sur tribord, les cinq hommes d'équipage prennent place dans l'annexe et s'éloignent à temps. Seulement cinq minutes plus tard, le navire disparaissait totalement sous la surface.

Position: 

          L'épave se trouve à 0,3 milles au Nord-Nord-Ouest de la Balise dite "La Voleuse".

47° 48' 998 N /004° 02' 726 O

La plongée: (Par Ben)

          Par quinze mètres de fond, l'épave repose retournée et coupée en deux sur un fond de sable blanc. La luminosité du site est souvent trés bonne, mais méfiez vous d'une houle longue qui soulévera de nombreuses particules qui troubleront la visibilité.

          La poupe totalement retournée est ajourée de nombreux orifices au niveau de la surface, qui permettent de voir l'intérieur de l'épave. La coque disparait peu à peu et seules les membrures resistent à la corrosion. L'helice n'est plus présente, mais le gourvernail est toujours à poste, tourné côté tribord du navire. La poupe est magnifiquement couverte d'oeillets de mer, d'anémones perle et d'autres ascidies. La coupure de la coque est assez nette. Quelques mètres plus loin des structures de coque ajourées de nombreux orifices arrondis se trouvent à plat à moitié enfouis dans le sable. De là, on aperçoit une zone plus sombre dans le bleu, il s'agit de la proue. Cette dernière est également retournée. Tout comme la poupe, elle est parsemée de nombreux trous. On peut d'ailleurs pénétrer à l'intérieur de l'épave en passant par le côté babord. On aperçoit de nombreuses piéces du moteur. L'étrave est complétement détruite du coté babord, mais la lame d'étrave garde sa forme arrondie si caractéristique. Un écubier est visible non loin de là parmi un enchevêtrement de férraille. En passant au dessus de la proue, on peut apercevoir la déchirure de la coque qui provoqua le naufrage. Au vu de l'importance du trou provoqué par la tête de roche, on comprend aisément qu'il n'a fallu que trés peu de temps au Nomade pour sombrer.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site