Les chaudieres de Bégur

 

LES CHAUDIERES DE BEGUR

Costa Brava

 

Une page proposée par Alain Foulonneau

 Le site des chaudiéres.

 

          A deux pas derrière la frontière espagnole l’Estartit et la réserve naturelle des Iles Medes sont bien connus des plongeurs. Mais la Costa Brava recèle beaucoup d’autres surprises sous la mer même à faible profondeur et près du rivage. Savez-vous que dans la magnifique anse de Sa Tuna, on peut trouver un canon ancien de fort calibre juste sous un petit escalier qui permet de se mettre à l’eau ? Il est possible aussi faire des découvertes étonnantes lors de randonnées palmées.

          Peu farouches les poissons accourent dès qu’on se met à l’eau. Ce comportement étrange a en fait une raison simple ; les poissons ont l’habitude d’être nourris. Mais il ne faut pas céder à la tentation. Tony Murray, le patron d’Unisub m’avait prévenu, même s’ils insistent, il ne faut pas donner de chorizo aux mérous, ça leur donne du cholestérol.

          Je ne m’étais donc pas inquiété quand un mérou s’était mis à suivre ma palanquée. De temps à autre, je me retournai, il était toujours là comme un chien fidèle. Mais soudain j’ai eu l’impression qu’il voulait dire quelque chose. Sa bouche lippue s’était animée et je crus lire dessus ces mots étonnants : « Holla señor buceador, veo en tus ojos que te gustan los naufragios. Ir a Begur, cerca de la Isla Roja ». Puis avant de se perdre dans le bleu il ajouta : « Mañana un poco de chorizo por favor ».

          De retour à ma villégiature, je racontai cette histoire à ma famille. Elle provoqua l’hilarité, mais tous acceptèrent aussitôt d’aller chercher l’épave de l’Ile Rouge à Begur. Cela fleurait bon le conte de pirate et promettait de passer une après midi originale. Quelques heures plus tard tel Moïse menant le peuple élu dans le désert, j’essayais de faire progresser ma petite troupe dans le sable brûlant de la plage de Pals. L’enthousiasme était retombé. Ma fille aînée s’arrêta et questionna : « C’est encore loin ? ».

         « C’est là » je répondis en pointant le doigt vers une falaise sur laquelle on pouvait lire : PLATJA NUDISTA, « l’Ile Rouge est en fait le gros rocher que l’on voit au bout de la plage ».

          « Très original » s’esclaffa ma fille « On s’attendait à un repaire de pirate, en fait c’est un camp de naturistes ».

          « Cette faribole serait-elle un prétexte au voyeurisme ? » enchaîna sa mère devenue soudain suspicieuse tout en lorgnant sur mon appareil photo.

Ma fille reprit : « J’ai peine à croire que se cache une épave à cet endroit où tout est dévoilé ».

          « Le naufrage est sans doute bien antérieur à l’actuelle destination de la plage. » rétorquai-je, un peu vexé. « Allez, encore un petit effort, nous sommes presque arrivés ».

         Quelques minutes plus tard, nous déballions les masques, les palmes et les tubas.

          « J’offre une sangria à celui qui trouve l’épave » déclarai-je avant de démarrer vers le large d’un puissant palmage. Je n’étais pas mécontent de laisser derrière moi ma petite famille. Je me sentais en pleine forme et en pensée je narguais le médecin qui m’avait conseillé de me surveiller en signant mon certificat d’aptitude à la plongée. Au bout de quelques minutes, je me retournai, mes enfants me faisaient des grands signes. « Tiens, ils ne peuvent pas me suivre », pensai-je et je revins vers eux.

          « Mais où étais-tu parti à fond de train comme çà ? » me criait ma seconde fille. «  Elle est là l’épave tout près de la plage, tu es passé sans la voir ». Une vision fugitive me traversa la tête. Je revis mon médecin signant l’ordonnance en disant : « Passé 60 ans, il serait bon de vérifier votre vision ». Je chassai l’idée assassine qui m’avait envahi et plongeai la tête dans l’eau. Dessous moi, par 4 à 5 mètres de fond, mes gendres et mon fils tournaient autour de gros cylindres presque entièrement enfouis dans le sable. Ils réapparurent quelques secondes plus tard soufflant l’eau de leurs tubas tels des cétacés.

          « Ce sont des chaudières » déclara mon fils.

          « Autour il y a aussi de la tôle, j’ai fouillé un peu le sable et il y a des plaques de fer avec des rivets » ajouta un de mes gendres.

          « Moi, je suis allé roder dans la barre rocheuse qui est à une quinzaine de mètres des chaudières » dit l’autre gendre, « j’ai trouvé des tiges de ferrailles très corrodées et aussi des débris de câbles métalliques ».

          Je pris une inspiration, fis un canard et descendis vers les cylindres. C’était bien des chaudières. Hautes de 3 ou 4 mètres, elles disparaissaient dans le sable jusqu’aux tirants. Sur le côté les emplacements des soupapes de sûreté et du niveau d’eau se voyaient. Un peu plus loin, je vis le morceau de tôle qu’un de mes gendres avait dégagé. Nous avions trouvé l’épave de l’Ile Rouge.

 

          J’ai payé ma tournée de sangria. Autour des verres, nous avons discuté de notre découverte. Nos conclusions ont été les suivantes. Au large de Begur passe la ligne maritime qui relie la France à Barcelone. Elle était très fréquentée au XIXéme et au XXéme siècle. L’hiver les tempêtes peuvent être violentes. Un navire en difficulté a pu venir s’échouer à cet endroit. Ensuite il a fait l’objet d’un démantèlement et comme bien souvent, les chaudières trop résistantes sont restées sur place. Sous le sable, d’autres vestiges du bateau existent sans doute. Peut-être des restes de la machine. Cependant faute d’accéder à des documents historiques, nos réflexions n’étaient que spéculations.

          Ma fille aînée donna dernier mot de l’histoire.

« Cette chasse à l’épave a été très sympathique. Mais franchement papa, cette histoire de mérou, c’était bon quand on avait 6 ans. Maintenant tu peux nous avouer que c’est un plongeur qui t’a donné cette piste ce matin sur le bateau de plongée ».

          Je n’ai pas répondu, j’ai souri, au loin le soleil couchant enflammait les îles Medes. Subrepticement j’ai pris dans l’assiette de tapas une rondelle de chorizo. Pour le lendemain. Pour mon copain le mérou.

mérou suivant les plongeurs aux Iles Medes    plongeur découvrant une chaudière               tirants d'une chaudière

détails d'une chaudière 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×