SN1D

SN1D

Caractéristiques :

Epave non identifiée d'un vapeur d'environ 80/90 mètres de long.

 

La Plongée: (Par Pascal)

L'épave repose en deux parties toutes deux retournées sur un fond de sable à 40m de profondeur. La partie avant est courte, moins de 15m de long. L'étrave semble jaillir du sable et fait face au temps qui passe. Juste derrière elle, le fond forme une dune et recouvre rapidement les bordés. Néanmoins, des ouvertures dans la tôle permettent de jeter un œil à l'intérieur de la proue. A la lumière des lampes on peut y apercevoir les poissons qui évoluent entre les épontilles ainsi que des crustacés cachés dans les renforts. En continuant vers l'arrière on se retrouve rapidement face à un désert de sable. En effet, sauf excellente visibilité, la partie arrière ne se voit pas depuis la proue (et vice-versa). Il faut alors prendre un cap dans l'axe navire et se lancer vers l'inconnu.

Quelques coups de palmes dans le no man's land et une masse sombre se détache du fond. C'est le "gros" de l'épave regroupant la zone machine et la poupe. Sauf à patienter encore quelques années, SN1D n'est pas une épave pour les mécaniciens de la plongée. Les chaudières sont à peine visibles et la machine demeure totalement cachée sous la tôle. Le bordé de fond du vapeur retourné n'a pas encore fondu et persiste à maintenir à l'abri du regard les trésors de mécanique, de tuyauterie et autres. L 'omniprésence du sable n'arrange pas non plus les affaires des amoureux du détail. Par endroit, une ouverture laisse entrevoir les cales et les ballasts maintenant habités par de beaux homards, des dormeurs musclés et des congres de belle taille. Derrière cette faune, les faisceaux butent régulièrement sur la masse blanche du sable, ce qui permet de se rendre compte de l'envahissement de l'épave par celui-ci. Sur le haut de la coque (puisque l'épave est posée à l'envers) une déchirure est nettement visible. Serait-ce la trace de l'impact d'une torpille ou d'une mine ?

En continuant le chemin vers l'arrière, survolant la tôle rivetée le visiteur atteint la poupe. Séparée du reste de l'épave par une cassure, elle s'est inclinée sous le poids des années d'immersion. Là, trône fièrement l'élément du passé naval le plus visible du vapeur : l'hélice quadripale. Bien que très abîmée, elle propose une vision digne des plus belles plongées épave. Près d'elle, à demie ensablée, sa cage tordue et cassée témoigne également de la rudesse de la vie sous-marine... ou du fait de guerre dont fût victime le navire. Le safran a lui sauté de ses gonds et a disparu. A l'image de l'épave, peut-être est-il simplement ensablé juste là.

Malgré la relative absence de détails et l'ensablement dont elle est victime, SN1D offre une bien belle plongée. De plus elle peut réserver des surprises comme lors de notre visite où un poisson lune s'est amusé à aller et venir le long de notre parcours. Peut-être était-il lui aussi venu admirer la quadripale meurtrie.

La proueLa proueIntérieur de la proueImpact de torpille ou de mine ?Bordé de fondL'hélice

D'autres photos de SN1D sur Regardelamer.com

Date de dernière mise à jour : 05/01/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×