Charles C Glover et Somerset

Un Liberty ship du même type que le Charles C Glover

Historique :

Deux naufrages mais une seule épave, survenus presque le même jour, représentatifs de l'extraordinaire afflux de navires alliés sur les côtes françaises à l'issue de la seconde guerre mondiale, dans le but de reconstruire l'Europe de l'ouest, en ruines... Ces 2 navires firent naufrages respectivement les 24 et 26 octobre 1945 sur le plateau des Boeufs, lors d'une effroyable tempête.

Le CHARLES C GLOVER est un Liberty Ship standard de la classe Z-EC2-S-C1, construit en moins de 2 mois par les chantires Bethlehem Fairfield Shipyard Inc de Baltimore, livré le 30 septembre 1944 : il mesure 129,8 m le long pour 16,76 de large et 8,16 de creux, pour un déplacement de 7191 T. Il est propulsé par une machine à vapeur triple expansion de 2500 IHP alimentée par 2 chaudières, lui conférant une vitesse de 11 noeuds. Transportant une importante cargaison de charbon à destination de Saint Nazaire, le CHARLES C GLOVER s'échoue sur les Boeufs : après plusieurs tentatives de renflouements, il fût finalement remorqué jusqu'à Saint Nazaire et jugé tellement mal en point qu'il fût finalement détruit à Anvers en 1948.

Le SOMERSET, quant à lui, fût construit en 1908 par Helsingor Vaerft à Elsinore (Danemark) sous le nom de SKINFAXE : c'est un petit vapeur de 72,5 m de long et 1544 T de jauge, équipé d'une machine triple expansion qui l'entraîne à 8,5 noeuds. Vendu à A.N. Petersen en 1918, il est renommé BRETAGNE, avant d'être racheté en 1927 par G. Olows, armateur suédois, sous le nom de GERTRUD, puis de SOMERSET en 1938 (port d'attache Stockolm). Il s'échoue 2 jours après le CHARLES C GLOVER sur le plateau des Boeufs avec une cargaison de bois à destination de Paimboeuf après avoir perdu la manoeuvre de son gouvernail. L'équipage, à l'exception d'un marin disparu, fût sauvé mais le navive finit par se briser et par disparaître à faible profondeur. A noter que la totalité de la cargaison de bois fût jetée par dessus bord pour tenter d'alléger le vapeur, ce qui fit la joie des habitants de Noirmoutier, notamment de l'Epine, où une grande partie de cette précieuse marchanise fût récupérée.

Dernier détail : un mois plus tard, ce fût au tour du KROMAN de se fracasser sur l'Ile du Pilier...



Position :

46° 57.625' N  /  2° 21.951 O   (Eur 50)

La plongée :

Il ne reste du SOMERSET que les 2 chaudières et des traces du fond de coque, reposant par environ 6 mètres de profondeur. Bref rien de fantastique...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site