H.M.S. Britomart

Caractéristiques:

Dragueur de mines de nationalité anglaise lancé en 1938 par les chantiers H.M. Dockyard dans le Devenport.

L: 75m.; l: 10m.; Tirant d'eau: 2,4m.; Jauge: 875Tx;

Vitesse: 17noeuds.

Armement: 2 canons.

Historique:

Dés le début du débarquement de juin 1944, les dragueurs de la 1st Minesweeping Flotilla avaient la mission de dégager des chenaux d'accés vers la plage de Sword Beach. Puis ils avaient été employés au maintien de l'intégrité d'un chenal entre Porthmouth et Arromanche. Le 22 août, ils avaient reçu l'ordre de nettoyer un champs de mines allemandes à cinq milles au large de la côte française entre Fécamp et Antifer.

Au soir du 25 août, le Commander Trevor Crick, commandant du Jason, et Senior Officier de la flotille comprenant les H.M.S. Britomart, Hussar et Salamander recoit l'ordre de reprendre sa précédente mission à partir du 27. Dans la matinée du 27 août, Trevor Crick considérant que son travail au large d'Antifer n'est pas terminé, fait transmettre un message modifiant ses ordres initiaux. Ce message aurait du être transmis aux forces militaires alliées présentes sur la zone. Malheureusement pour la 1st M.F., un radio a mal transmis l'ordre...

A 13h30, ce dimanche 27 août 1944, un groupe d'avion Typhoon ayant aperçu le groupe de Dragueur, et n'ayant aucune information concernant des navires alliés présents dans cette zone, les considèrent comme ennemis et passent immédiatement à l'attaque. Dés le premier passage des avions et de leurs terribles roquettes, le pont du Britomart n'est plus qu'un amas de tôles informes et son commandant, le Lt Cdr Galvin est tué sur le coup. Le navire est aussitôt abandonné car privé de propulsion il se dirige inévitablement vers le champs de mines qu'il était censé nettoyer. Peu de temps aprés, le Britomart roula sur lui même et s'enfonça dans les profondeurs de la Manche. Le Hussar ne tarda pas à le rejoindre.

Cette tragédie n'est pas isolé, une grande partie des pertes humaine de la seconde guerre été du à des tirs amis. Mais en général, ces terribles accidents n'étaient révélés que bien plus tard...

La Plongée: (Par Ben)

Lorsque j'ai eu la chance de plonger sur cette épave en 2002, avec le club de plongée du Havre Paul Héluard, l'épave n'était pas encore identifiée avec certitude. J'ai toujours pensé qu'il s'agissait du Hussar, comme les plongeurs la nommait à l'époque. Ce n'est qu'aprés la lecture de La Saga des Epaves de la Cote d'Albâtre que j'appris que j'avais en fait visité les restes du Britomart.

L'épave du Britomart est retournée sur un fond de sable coquillier d'environ 25 mètres. La coque est entière, mais ajourée à certains endroits. Par ces orifices on peut apercevoir la salle des machines. Sur l'arrière babord, il est possible de pénétrer dans l'épave. On arrive vraisemblablement au niveau de la cuisine étant donné que de nombreux restes de vaisselle sont encore visible. D'autres objets jonchent le sol, comme des bottes et autres vêtements de l'équipage. La vue des hélices est absolument magnifique, et les filets qui les recouvrent leurs donnent un aspect assez fantomatique. Lorsque la visibilité est au rendez-vous, c'est une plongée formidable...

 Dessin de l'épave du Britomart réalisé par Benjamin PEPY suite à une plongée effectuée en 2002.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site